Portrait d’employée : Valérie Leclerc-Durand

Gravir les échelons

« Je suis arrivée ici j’étais une gamine! À 21 ans, je n’étais jamais partie de chez nous, mes parents m’ont laissé sur le quai, j’étais en larmes. »
Originaire de Québec, les débuts de Valérie à la CTMA riment avec l’apprentissage de vivre loin de sa famille, d’avoir plus confiance en elle et de développer sa sociabilité. 

10 ans plus tard, Valérie occupe aujourd’hui un poste de commissaire adjointe et commissaire de bord remplaçante sur le Madeleine II. « J’ai monté les échelons un à un, j’ai pris ma place tranquillement. De mes débuts à l’équipe d’animation sur le CTMA Vacancier, on m’a toujours donné plus de responsabilités. Ils ont cru en moi et ça m’a donné confiance. » 

Ce qu’elle a découvert d’elle-même : « J’ai une bonne capacité de réaction. Je n’ai pas la panique facile, mais plutôt le mode solution, qu’on retrouve ici à la CTMA. J’ai vraiment rentré dans la grande vague de fierté! » L’équipe y est pour beaucoup. Même dans les moments intenses, c’est cet esprit d’entraide qui les tient : « On est tous dans le même bateau, c’est le cas de le dire! L’été passé on en a vécu des affaires, je pense aux nombreux retards de traversées liés aux problèmes mécaniques. On était brûlés, mais on le vit tous ensemble, on apprend et on réussit à en rire et continuer malgré les défis! » 

Pour elle, ce qui démarque vraiment la CTMA comme employeur, c’est la flexibilité : « Je viens de Québec, ma famille est là-bas. Après un certain temps, j’ai senti le besoin de retourner proche de mon monde, mais je veux continuer de faire le travail que j’aime. Ils ont trouvé la solution en me proposant un horaire qui me permet de travailler pendant quatre semaines, puis retourner chez nous deux semaines. Quand j’embarque, j’embarque : je m’investis à 100 % au travail. Puis je repars et je décroche complètement. J’ai le meilleur des deux mondes! »


Se projetant dans l’avenir, Valérie est une fille qui carbure aux défis : « Présentement, c’est super motivant de mettre le Madeleine II à notre main comme on dit. Le bateau arrive, il est neuf, il fait wow. Maintenant on développe l’intérieur, le service à bord, on se rôde comme il faut pour réussir à faire le même wow! On sent un regain d’énergie avec la fin de la pandémie, même l’hiver on transporte des centaines de passagers, ça fait du bien, et on veut s’assurer que le service soit impeccable à l’année! » 

Share on facebook
Partager sur Facebook